PDF Version imprimable Suggérer par mail

Les archives Ludo Dierickx

De Agalev à B Plus

La veuve de l'ancien parlementaire Agalev Ludo Dierickx (1929-2009) a offert récemment au CEGES les archives de son défunt mari. L'acquisition est encore une conséquence des contacts établis à l'époque du projet "L'idée belge et le séparatisme" (2007) par le biais duquel le Centre désirait acquérir, conserver et rendre accessible des archives et de la documentation d'organisations et de personnes qui après 1945 menèrent des actions pour l'unité du pays.


Affiche B Plus conservée dans les archives Ludo Dierickx.
Affiche B Plus conservée dans les archives Ludo Dierickx.
Né le 10 août 1929, Ludo Dierickx fréquente le collège jésuite de Borgerhout et mène ensuite des études de droit à l'université de Gand et au collège de l'Europe à Bruges. Au cours de ses études, il tombe sous le charme de l'idée fédéraliste européenne. Il fonde le Centre d'étude et d'information européen et est chercheur à l'Institut d'études européennes de l'ULB. Début des années 1960, Dierickx, qui provient d'un milieu démocrate-chrétien, est pendant trois ans lié comme conseiller au cabinet du ministre de l'Intérieur PSC Arthur Gilson. De 1968 à 1981, il occupe la fonction de directeur à l'Association des établissements publics de soin.


Au cours des années 1970, il entre en contact avec le mouvement Vivre autrement et devient politiquement actif au sein d'Agalev. Il y joue surtout un rôle de premier plan au début des années 1980. En 1981, il est élu député, ce qui le fait appartenir au tout premier contingent des parlementaires Agalev. Grâce à ses publications, il donne forme au sous-bassement théorique de la pensée verte en Belgique. Après sept années passées comme député, suivent encore sept années comme sénateur. Peu à peu, il passe cependant à l'arrière-plan au sein d'Agalev. Après une période au SPA à partir de 1995, il serait revenu à Agalev/Groen en 2003.
Entre-temps, il est, comme adversaire de la communautarisation de la Belgique et écrivain critique vis-à-vis du nationalisme, étroitement lié à B Plus, un groupe d'action qui lutte pour le maintien de la Belgique. En 1998, il est co-fondateur de l'organisation et pendant les dernières années de sa vie, il en est la figure de proue.

 

Les archives Ludo Dierickx (cote AA 2230) couvrent au total environ 10 mètres courants et se rapportent surtout à ses activités au sein d'Agalev et de Groen. Il s'agit entre autres d'écrits personnels, de correspondance avec des membres, de textes de congrès du parti, de comptes rendus de la commission d'experts, du comité exécutif et de réunions du groupe parlementaire, de communiqués de presse, de revues, de livres et de coupures de presse. Un deuxième pan important des archives a trait à B Plus. Sont également conservés un certain nombre de parties de fonds d'archives relatifs au Centre d'étude du nationalisme, au Centre d'étude et d'information européen et à ses activités au SPA, ainsi que des textes sur l'Europe. En bref, des archives intéressantes pour qui veut étudier un certain nombre de développements dans la politique belge après 1960.

 

Gerd De Coster

 

24 / 2 / 2010

 

  Retour