Manger sous l’occupation. Les pièces à conviction Emiel De Winter inventoriées

Le CEGESOMA conserve sous la cote AA 1314 un fonds de pièces à conviction d'une ampleur considérable. Celles-ci se rapportent aux procès liés aux cas individuels de collaboration avec la puissance occupante en 1940-1944. Ces pièces à conviction sont composées de documents confisqués par l'Auditorat général en 1944-1945. Une partie du fonds, 57 boîtes, provient de divers services placés pendant la guerre sous la tutelle d'Emiel De Winter, secrétaire général de l'Agriculture et du Ravitaillement.

Emiel De Winter visite l’exposition organisée au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles à l’occasion du troisième anniversaire de la Corporation nationale de l’Agriculture et de l’Alimentation (CNAA), 3 septembre 1943. (Photo Cegesoma, n° 31318)
Emiel De Winter visite l'exposition organisée au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles à l'occasion du troisième anniversaire de la Corporation nationale de l'Agriculture et de l'Alimentation (CNAA), 3 septembre 1943. (Photo Cegesoma, n° 31318)
Ces archives documentent la politique du secrétaire général en tant que plus haut responsable pour l'agriculture et le ravitaillement en Belgique occupée. Sur ce plan, plusieurs axes peuvent être distingués.

 

Le rapport avec la puissante occupante et en particulier avec le chef de l'administration militaire pour la Belgique et le Nord de la France constitue une part essentielle de ce sous-fonds. La correspondance traite des réquisitions de denrées alimentaires (légumes, fruits, boissons, viande, poisson, conserves) destinées à la Wehrmacht. La mise en œuvre de l'exportation et de l'importation de ces produits constitue aussi un thème important.


Un deuxième axe important est l'aspect organisationnel. On trouve en effet des notes internes, des notules de réunions, des textes préparatoires pour de nouvelles ordonnances, pour des adaptations de lois et directives, ou pour la création de nouvelles structures et de nouveaux organes comme le Commissariat aux prix et salaires ou des corporations telle que la Corporation nationale de l'agriculture et de l'alimentation. De plus, une correspondance est entretenue à ce sujet avec d'autres départements parmi lesquels l'Intérieur, les Affaires économiques et les Finances.

 

Un troisième et volumineux aspect est la relation avec les producteurs, principalement l'industrie du traitement des fruits et légumes. De multiples documents évoquent la quantité obligatoire à produire de marchandises comme la confiture, la viande en conserve ou la bière. Il en va de même pour l'approvisionnement, la fourniture et la répartition de fruits et légumes dans les lieux de livraison provinciaux reconnus. Font également partie de ce volet les lettres de protestations suppliant de rationner moins lourdement les produits de première nécessité. Les états, tableaux et documents qui rendent en chiffres le processus complet de production sont innombrables. Les départements Service d'étude et Statistiques du secrétariat général en sont les grands producteurs.

 

La relation d'autorité entre le gouverneur de province, le commissaire d'arrondissement et le bourgmestre est, via l'imposition de directives, clairement visible dans de nombreux documents. Nous parlons ici de la procédure administrative, de l'organisation du marché, du travail obligatoire, de l'organisation des services de ravitaillement et de rationnement. L'accord de gestion avec l'Institut national du crédit agricole (octroi de prêts aux agriculteurs) se trouve également dans ces archives.

 

Les 57 boîtes du fonds Emiel De Winter (AA 1314) comportent 377 numéros. L'inventaire est consultable ici.

Christian Vanneste

 

30 / 6 / 2014

 

  Retour