PDF Version imprimable Suggérer par mail

Un ‘Juste parmi les Nations’ objet de débats. L’affaire Robert de Foy

Le 9 janvier de cette année, le journal américain The Jewish Daily Forward publiait l'article “When 'Savior of Jews' is deeply flawed. Holocaust Center probes much-lauded Belgian Security Chief”. L'article concernait l'ancien administrateur général de la Sûreté de l'État Robert de Foy (1893-1960), qui fut, à titre posthume, élevé au rang de 'Juste parmi les Nations' par Yad Vashem en 1975, pour son aide à des “centaines” de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le titre a été remis en question par la célèbre ancienne magistrate et féministe juive américaine de 83 ans Sonia Pressman Fuentes.

Robert de Foy (Photo CEGES, n° 210.730).
Robert de Foy (Photo CEGES, n° 210.730).
Se basant sur les recherches de l'ancien collègue du CEGES Frank Caestecker, actuellement attaché au département d'histoire de l'U Gent, Fuentes estime que Robert de Foy était en réalité au moins xénophobe, si pas antisémite. Pour appuyer ses dires, Fuentes se repose sur l'action de de Foy contre les réfugiés juifs dans les années 1930, en d'autres mots au cours de la période qui précède l'occupation allemande. Elle et ses parents furent chassés en 1933/1934 de Berlin vers la Belgique. Polonais d'origine juive, elle et ses parents avaient fui Berlin pour la Belgique en 1933/1934. Mais, en 1934, la famille reçut un mandat d'extradition des autorités belges. En partant des travaux de Caestecker, Fuentes détermine que cette extradition pour l'Allemagne ou la Pologne, avait été décidée par de Foy. Le bourgmestre socialiste d'Anvers Camille Huysmans intercéda pour eux, ce qui n'empêcha pas de Foy de malgré tout leur envoyer la police. Fuentes et ses parents réussirent à s'y soustraire et rejoignirent finalement les États-Unis. Lorsque par la suite il parvint à Fuentes via Caestecker que de Foy avait aussi pris la même décision pour des centaines d'autres Juifs, elle demanda à Yad Vashem que lui soit retiré son titre de 'Juste'. Yad Vashem prit la plainte au sérieux et étudie l'affaire. Cette recherche peut encore prendre plusieurs années et dans la pratique, le titre de 'Juste' n'a été retiré que dans des cas exceptionnels – jusqu'à présent, cela s'est passé cinq à six fois.

 

Pour bien comprendre l'affaire de Foy, il nous paraît erroné de se focaliser sur une seule personne. Il convient en effet de la placer dans le contexte social et professionnel de son temps. Pour ce qui a trait à l'avant-guerre, il ne faut en tout cas pas perdre de vue la politique des réfugiés menée par le gouvernement belge. Pour ce qui concerne la période de guerre et l'aide aux Juifs en particulier, il convient d'examiner quels Juifs furent aidés et quels Juifs furent de toute façon épargnés (provisoirement) par l'occupant. De manière générale, il n'est en outre pas rare que certaines personnes ayant manifesté avant guerre un point de vue 'antisémite'/xénophobe, pratiquent malgré tout l'aide aux Juifs pendant la guerre.

 

Lieven Saerens

 

13 / 2 / 2012

 

  Retour