PDF Version imprimable Suggérer par mail

Belgium WWII, un site de référence mais aussi un blog !

Depuis quelques semaines, le site Belgium WWII s'est enrichi d'un blog

En effet, à côté de la fonction encyclopédique du site, il nous a paru essentiel de pouvoir intervenir dans des débats et controverses liés à l'histoire de la Seconde Guerre ou de pouvoir évoquer de nouveaux projets ou des fonds d'archives susceptibles d'initier de nouvelles recherches ou de réenvisager sous un autre angle des problématiques plus anciennes.


 En ligne, vous trouverez d'ores et déjà une petite dizaine de contributions écrites par des historiens de l'ensemble du pays. Plusieurs sujets sensibles y sont épinglés.

 

Parmi ceux-ci, relevons la question de l'attitude de la SNCB durant l'occupation. Il y a peu, les autorités néerlandaises décidaient d'indemniser les victimes néerlandaises et leurs héritiers suite à la participation des chemins de fer dans la déportation des Juifs. Qu'en est-il en Belgique ? Nico Wouters nous rappelle que cette problématique – contrairement à ce qu'ont récemment affirmé plusieurs médias – a déjà fait l'objet de recherches dans le cadre du rapport « La Belgique docile ». Mais il souligne également combien cette question se doit d'être appréhendée dans une perspective plus large qui est celle de l'attitude des autorités belges et de la faiblesse de nos institutions démocratiques dans un contexte autoritaire.


Un des enjeux et des apports du blog est de contribuer à la réflexion sur la place et la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans la société belge d'aujourd'hui. Quelles sont les évolutions sur le plan de l'historiographie mais aussi dans le registre symbolique dont la toponymie est l'une des expressions ? Bruno De Wever revient sur l'évolution de l'historiographie de ces 30 dernières années mais surtout il évoque les recherches récentes et la nécessité d'envisager la question de l'impact du conflit à travers des recherches menées selon une approche individuelle et familiale. De toute évidence, l'intérêt du public évolue et l'impact de la transmission et du silence se doit d'être intégré dans les démarches des chercheurs.

En matière de toponymie, Marnix Beyen et Chantal Kesteloot rappellent tous deux combien cette dimension peut à la fois peser tant par sa présence que par son absence. Elles sont toutes deux révélatrices de la manière dont les autorités et les collectivités locales entendent donner une place au passé dans l'espace public. Cette dimension dépasse d'ailleurs largement le contexte des guerres comme l'ont montré également un certain nombre de débats sur l'héritage de l'histoire coloniale.

Le blog permet également d'éclairer tout un chacun sur des projets de recherche tels celui entrepris par l'historienne Michèle Corthals qui entame une thèse de doctorat sur la question des femmes en résistance.

L'ouverture ou une accessibilité plus aisée de nouveaux fonds d'archives permet également de jeter un regard neuf sur certains enjeux et acteurs. A l'heure où d'aucuns s'interrogent sur le rôle des provinces, Bart Willems évoque la richesse des archives de la province d'Anvers pour l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. A travers elles, peuvent être envisagées des questions aussi fondamentales que les nominations de bourgmestres et échevins, les questions du maintien de l'ordre et du ravitaillement sans oublier les bombardements – particulièrement nombreux et meurtriers dans cette province – ou encore des enjeux liés à la répression.

A partir d'une réflexion sur le concept de génocide et de sa non-utilisation par les tribunaux belges – tant dans les jugements des criminels de guerre d'après 1945 que dans le cadre du premier procès « Rwanda », Ornella Rovetta attire quant à elle notre attention sur les très riches archives traitées dans le cadre du projet « Jusinbelgium » et désormais accessibles via la base de données « Legal Tools ». Via cette dernière, c'est tout un pan de la justice pénale internationale qui peut être appréhendé.

L'importance des archives est d'ailleurs au coeur d'une autre contribution qui s'inscrit pleinement dans la complémentarité de celle-ci: Geertje Elaut s'attache à cette question dans le cadre plus large de la problématique des droits de l'homme (Archief als wapen tegen straffeloosheid?).

 

Bref, le Blog se conçoit comme un lieu d'information et de débat pour l'ensemble des problématiques liées à l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. A la différence du reste du site et pour permettre une mise en ligne plus rapide, les contributions de cette rubrique sont uniquement publiées dans leur langue d'origine.

 

Envie d'y publier une contribution ? N'hésitez pas à nous envoyer votre texte.

Envie de se tenir informé ou de réagir ? N'hésitez pas à le consulter régulièrement et à y laisser vos commentaires via : belgiumwwii@arch.be.

 

A vos claviers !

  Retour