Home » News » La bataille des Ardennes autrement

La bataille des Ardennes autrement

Statue de Pogge à Houffalize

Le tourisme de mémoire à l’heure du numérique

Le tourisme de mémoire s’est développé dans de nombreux lieux marqués par l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Le phénomène n’est pas neuf mais il a quelque peu changé de visage à l’heure du numérique. « Liberation route Europe » est l’un de ces nouveaux acteurs qui propose de connecter des lieux et des récits de vie liés à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Par des contributions brèves et illustrées, le site de Liberation Route Europe aborde une série de thèmes connus mais aussi moins connus de l’histoire du dernier conflit mondial et ce dans une série de pays européens dont la Belgique, les Pays-Bas, la France, la Pologne ou encore la Tchéquie.

Le contexte troublé de la Libération

A deux reprises, le CegeSoma a été sollicité pour contribuer au site. Dans un premier temps, plusieurs contributions se sont concentrées sur les enjeux de la libération de septembre 1944. Epinglons par exemple la tristement célèbre tuerie de Courcelles ou la libération de Bruxelles, les cérémonies qui s’en suivent au Soldat inconnu ou encore la personnalité du résistant René Noël ou celle du major-général George Erskine.

D’autres facettes de la bataille des Ardennes

Plus récemment, ce sont vingt-cinq contributions qui ont été proposées autour de l’offensive von Rundstedt. Longtemps, l’histoire de la bataille des Ardennes s’est focalisée sur une série de lieux stratégiques, les grands enjeux militaires, et quelques protagonistes majeurs du conflit. Ces aspects sont bien évidemment incontournables pour comprendre la bataille. Mais depuis quelques années, d’autres acteurs, d’autres enjeux sont également évoqués, permettant une approche plus humaine et plus locale. C’est aussi cette piste que nous avons tenté de suivre en revenant sur une série d’épisodes moins connus de ces jours sombres de l’hiver 1944-1945. Ainsi, alors que la bataille fait rage, Léon Degrelle, le Volksführer der Wallonen, croit son heure venue et met sur pied un gouvernement fantoche à Limerlé.
Mais l’offensive se traduit également par une série de faits sanglants qui ont pour cible tant des civils que des soldats dont les onze GI afro-américains sur lesquels des soldats de la 1re SS division Panzer se sont acharnés à Wereth sans avoir jamais eu à répondre de ces actes alors que par ailleurs ils ont été poursuivis pour les massacres de civils commis à Stavelot.

Le site nous propose aussi de comprendre pourquoi on retrouve à Houffalize une statue de Pogge, personnage emblématique du folklore schaerbeekois  mais aussi comment quelque 2000 prisonniers de guerre allemands se sont retrouvés sur les lieux ou encore quel a été le rôle des démineurs après la bataille. Bref, autant d’aspects – et bien d’autres ! - qui prolongent notre regard sur cette histoire.