Archives de Camille Gutt

  • Accès et consultation : Le fonds Camille Gutt  est accessible aux heures d'ouverture de la salle de lecture. Son contenu est librement consultable. Réservation.
  • Numérisation : Non numérisé.
  • Reproduction : Le contenu du fonds peut être librement reproduit en salle de lecture. Pour toute demande de reproduction par les équipes du CegeSoma, les informations pratiques sont disponibles ici.
  • Instruments de recherche : Inventaire AA 1624.

Description du fonds :

Archives Camille Gutt

Les Papiers Gutt concernent avant tout les activités de Camille Gutt au sein du gouvernement belge de Londres, mais aussi les papiers personnels du ministre ainsi que les archives familiales, en ce compris les papiers de sa femme, Claire Gutt, relatifs à ses activités en Belgique occupée. Enfin, une dernière partie de ce fonds comprend l’ensemble de la correspondance échangée entre Georges Theunis et Camille Gutt durant la guerre.

Camille Gutt naît à Bruxelles le 14 novembre 1884. Diplômé en Sciences politiques et Docteur en Droit de l’Université de Bruxelles, il débute dans la vie professionnelle comme avocat et journaliste.

Engagé dans le Corps français des Saphis pendant la Première Guerre mondiale, il refuse en 1915 de suivre son régiment dans les Dardanelles pour rejoindre Le Havre. Il y rencontre un grand nombre de personnalités belges comme Gaston Blaise et Fernand Neuray. En 1916, il est envoyé à Londres pour rejoindre l’équipe chargée des achats en Grande-Bretagne dirigée par Georges Theunis (1873-1966), qui en fait son plus proche collaborateur. Camille Gutt est ensuite désigné comme Secrétaire général de la Commission du Ravitaillement à Londres.

En 1919, il est rappelé par Georges Theunis au poste de Secrétaire Général de la délégation belge à la Commission des Réparations créée dans la foulée du Traité de Versailles. Lorsque Georges Theunis est nommé ministre des Finances, en 1921, pour ensuite diriger le Cabinet jusqu’en 1924, Camille Gutt le suit comme chef de Cabinet même si l’essentiel de ses activités concerne la poursuite des négociations des réparations allemandes. En 1926, Camille Gutt est appelé par Emile Francqui comme adjoint au Trésor en charge de préparer le terrain pour la conclusion d’un emprunt auprès du syndicat anglo-américain de banquiers qui permettrait de soulager les finances publiques belges.

Après cette expérience, il rejoint le monde des affaires. Appuyé par Emile Francqui, il fait son entrée dans le secteur non-ferreux de la Société Générale de Belgique. Il siège ainsi dans les CA de Compagnie des Métaux d’Overpelt-Lommel dont il devient administrateur-directeur à partir de 1931. Il entre ensuite dans les CA de la Société Générale des Minerais (Sogémines), puis en 1930 de la Société Générale Industrielle et Chimique du Katanga (Sogéchim). Enfin, il est également présent dans les CA de la filiale belge de Ford, Ford Motor Cy (Belgium) et de la société du groupe Empain, Electrorail.

Après avoir occupé les fonctions de ministre des Finances au sein du gouvernement dit des banquiers en 1934/35, il retourne dans le monde des affaires. Il fait alors son entrée dans les CA de la Compagnie Belge des Mines, Minerais et Métaux et des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille Montagne. En février 1939, il est appelé par le Roi Léopold III pour participer, comme ministre des Finances, au Cabinet Pierlot. Il reste à cette fonction de février 1938 à mai 1940.

Au mois d’août 1940, Camille Gutt décide avec le ministre des Colonies, Albert De Vleeschauwer, de partir à Londres. Les deux ministres seront rejoints en octobre de la même année par Hubert Pierlot et Paul-Henri Spaak. Au sein du gouvernement belge de Londres, Camille Gutt occupe les fonctions suivantes : ministre des Finances (1940-1944), ministre des Affaires économiques (1940-1944), ministre des Communications (1940-1944) et enfin ministre de la Défense Nationale (1940-1942). Durant le conflit, il perd deux fils.

A son retour à Bruxelles, en septembre 1944, il reprend jusqu’en février 1945 les fonctions de ministre des Finances. Il est ensuite envoyé successivement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne pour y conduire les négociations en vue du règlement des accords d’aide mutuelle (Belgique/Grande-Bretagne) et de prêt-bail (Belgique/Etats-Unis). Après avoir mené ces missions, il participe à la Conférence de Savannah (mars 1946) chargée de régler les modalités du fonctionnement des Institutions de Bretton-Woods. Suite à cette conférence, Camille Gutt est élu au poste de Directeur-Général. Il occupe cette fonction de 1946 à 1951.

Revenu ensuite en Belgique, il poursuit sa carrière d’homme d’affaires aux côtés de Léon Lambert. Il décède à Bruxelles le 7 juin 1971.

Pour en savoir plus :

  • Crombois, Jean-François. Camille Gutt: Les Finances et La Guerre 1940-1945. Gerpinnes: Quorum, 2000.
  • Crombois, J.-F. ‘Camille Gutt’. In Nouvelle Biographie Nationale, 6:228–32. Bruxelles: Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2001.
  • Gotovitch, José. Camille Gutt. Bruxelles: RTB, 1968.