Archives de Charles Gillis

  • Accès et consultation : Le fonds Charles Gillis est accessible aux heures d'ouverture de la salle de lecture. Son contenu est librement consultable. Réservation.
  • Numérisation : Non numérisé.
  • Reproduction : Le contenu du fonds peut être librement reproduit en salle de lecture. Pour toute demande de reproduction par les équipes du CegeSoma, les informations pratiques sont disponibles ici.
  • Instruments de recherche : Inventaire AA 708.

Description du fonds :

Papiers Charles Gillis de Sart-Tilman

Les archives réunies dans le fonds Charles Gillis concernent principalement son activité entre 1930 et 1940. Elles permettent d’approcher l’histoire des différents groupements de droite et d’extrême droite qui fleurissent dans les années trente en Belgique, à Bruxelles en particulier. Elles offrent en particulier la possibilité d’étudier dans le détail la composition et l’activité d’une section de base du parti de Rex, celle de Saint-Josse. Enfin, elles éclairent les motivations et les agissements des milieux antimaçonniques. Les dossiers de coupures de presse soigneusement constitués autour des questions de défense nationale et particulièrement la sécurité militaire aérienne permettent une approche utile de ces problématiques.

Né en 1897, fils du futur général-major Lucien Gillis de Sart-Tilman, Charles Gillis s’engage en 1914 comme volontaire de guerre et termine la guerre comme officier-observateur d’aviation. Après le conflit, il complète ses études à l’Ecole militaire et à l’ULB où il obtient son diplôme d’Ingénieur civil et des constructions aéronautiques. En 1929, il obtient également son brevet de police.

En 1931, Charles Gillis est promu major et, en 1933, il est désigné comme commandant du Groupe de Fabrication des Etablissements Aéronautiques à Evere. Des différents apparaissent entre lui et ses supérieurs sur des questions de sécurité aérienne. Par ailleurs, son commandement est contesté. Il sera donc mis à la retraite d’office en 1935.

Après cet épisode, Charles Gillis se lance dans l’action politique sous diverses étiquettes qui le conduisent successivement de l’Union Belge d’Action Corporative au Parti National Indépendant puis au rexisme. Membre de la direction de l’U.B.A.C. et du P.N.I., il devient à la fin de 1938 chef de la section Rex Saint-Josse. Il est candidat pour ce parti aux élections de 1936 et 1938.

Parallèlement à son action politique, Charles Gillis développe également une activité antimaçonnique en liaison avec le Docteur Ouwerx. Il suit de très près les questions de Défense Nationale, particulièrement en ce qui concerne l’aviation. En rupture avec Rex, il participera à la résistance sous l’occupation.

Charles Gillis meurt à Uccle le 10 aout 1977. Il était commandeur de l‘Ordre de Léopold II, titulaire de la Croix de Guerre avec palmes, de la Croix de l’Yser et de la Médaille de la Résistance.

Pour en savoir plus :

  • Frans van Kalken, Entre deux guerres: esquisse de la vie politique en Belgique de 1918 à 1940, Bruxelles, Office de publicité, coll.« Institut de sociologie Solvay », 1944.
  • Els Witte, Alain Meynen et Dirk Luyten, Politieke geschiedenis van Belgïe: van 1830 tot heden, Antwerpen, Manteau, 2016.