Home » News » Réunion des partenaires généraux d’EHRI-PP Prague 17 mai 2022

Réunion des partenaires généraux d’EHRI-PP Prague 17 mai 2022

"Comme si on jouait douze parties d'échecs"

Univerzita Karlova - Ouverture de la session 17.5.2022  - photos de Vlasta Mádlová, Institut Masaryk et archives de l'Académie des sciences tchèque

Un des temps forts du Consortium EHRI est la réunion générale des partenaires, un rassemblement annuel ou biannuel des représentants de toutes les institutions partenaires impliquées dans le projet EHRI. Des gens qui travaillent le plus souvent aux quatre coins du monde, mais qui partagent tous un intérêt particulier pour la recherche sur l'Holocauste, se retrouvent pour des réunions face à face en un même lieu. Cette fois, plus de cinquante personnes représentant les institutions impliquées dans le projet EHRI-PP, y compris les archives de l'État/CegeSoma, se sont rendues à Prague, où le partenaire EHRI, l'Institut Masaryk et Archives de l'Académie des sciences tchèque, a accueilli l'événement dans les locaux de l'Univerzita Karlova (Université Charles), au Karolinum. Le consortium EHRI-PP s'était réuni pour la dernière fois en présentiel lors d'une réunion générale des partenaires en février 2020 à Munich, avant le début de la pandémie de coronavirus, et la réunion de cette année avait un éclat particulier.

Ukraine

Malgré la joie de se retrouver en tête-à-tête, cet événement a été marqué par les inquiétudes concernant les collaborateurs du Centre d'histoire urbaine de l'Europe centrale et orientale de Lviv, en Ukraine, un partenaire d'EHRI-3. Après l'ouverture de la réunion générale des partenaires par le codirecteur d'EHRI, Reto Speck, et la professeure Eva Zažímalová, présidente de l'Académie des sciences tchèque, la première session a été consacrée à EHRI et à la guerre en Ukraine. Un contact en ligne a été établi avec Taras Nazaruk, le chef des projets d'histoire numérique du centre de Lviv. S'adressant aux participants depuis un grand écran, Taras a relaté la situation difficile dans laquelle se trouvent le centre et lui-même, et comment ils parviennent malgré tout à poursuivre leurs travaux. Le centre sert aussi de lieu d'accueil et de transit pour les réfugiés d'autres régions du pays. Simultanément, le centre a commencé à enregistrer des témoignages sur la guerre pour les archives du futur. Le personnel du centre s'engage à poursuivre ses activités et à continuer ses travaux aussi longtemps que possible. Taras, quant à lui, sait qu'il peut être enrôlé dans l'armée ukrainienne à tout moment.

Après cette séance émouvante, la rencontre s'est poursuivie non sans mal avec le reste du programme.

Comme cette assemblée générale était consacrée à la phase préparatoire d'EHRI en tant qu'organisation européenne permanente de recherche sur l'Holocauste, on a estimé qu’il était plus urgent que jamais de comprendre et commémorer le passé de l'Europe et de constituer un réseau européen.

Les statuts du futur EHRI-ERIC

L'objectif d'EHRI-PP est de transformer EHRI en passant d'une série de projets à une infrastructure de recherche permanente dotée de sa propre personnalité juridique. Auparavant, la forme juridique du Consortium européen pour les infrastructures de recherche (ERIC) était considérée comme la plus adaptée aux besoins d'EHRI. L'une des principales tâches du Work Package 2 "Gouvernance et travail juridique" d'EHRI-PP - dirigé par les Archives de l'État/CegeSoma - est la rédaction des statuts du futur ERIC. Lors de la réunion générale des partenaires à Prague, le Work Package 2 a pu présenter une première version complète des statuts. Ce texte va maintenant faire l'objet de discussions plus approfondies avec les partenaires concernés, en particulier le Conseil des représentants des gouvernements, au sein duquel la Belgique est également représentée. EHRI sera une infrastructure de recherche dite "distribuée". Outre le siège central, situé à Amsterdam, aux Pays-Bas, pays d'accueil d'EHRI-ERIC, des nœuds nationaux seront actifs dans les différents pays membres ou observateurs d'ERIC.

Un nœud national est un réseau national d'institutions de recherche, d'archives et de musées liées à l'Holocauste, l'une d'entre elles faisant office de coordinateur central. En République tchèque, ce nœud est déjà bien établi et un panel de personnes impliquées - le professeur Štěpán Jurajda, CERGE-EI et vice-ministre des sciences, de la recherche et de l'innovation, Marek Višinka, ministre de l'éducation, de la jeunesse et des sports, le professeur Jan Hajič, LINDAT/CLARIAH-CZ, Université Charles, et le docteur Michal Frankl, EHRI-CZ, Institut et archives Masaryk - ont expliqué aux assistants ce à quoi ils peuvent s'attendre lorsqu'ils créent un nœud et les défis et difficultés qu’ils sont susceptibles de rencontrer.

Plus tard dans l'après-midi, une réunion séparée a été organisée pour discuter du développement des nœuds dans différents pays et des progrès réalisés. Michal Frankl, qui coordonne ce processus, a fait remarquer : "On a l'impression de jouer douze parties d'échecs, chacune commençant à un moment différent et se trouvant dans une phase différente". Cependant, l'évolution est positive dans de nombreux pays. Outre la République tchèque, les Pays-Bas, la Belgique, la Pologne, le Royaume-Uni, la Slovaquie, Israël, l'Allemagne et surtout l'Autriche ont fait d'excellents progrès. En Belgique, Kazerne Dossin et les Archives de l'État/CegeSoma ont organisé un troisième atelier le 16 juin avec des institutions susceptibles de vouloir rejoindre le nœud national belge.

Outre les structures, il faut également des offres et des politiques spécifiques concernant la recherche, les utilisateurs et, enfin et surtout, le développement technologique. Les questions centrales sont les suivantes : quel sera le groupe cible d'EHRI et son activité principale ? Que peut-on offrir à ses utilisateurs en s'appuyant sur ce qui est déjà en place, comme le portail EHRI, le programme de formation et de bourses ? Comment EHRI va-t-il communiquer et atteindre la communauté au sens large ? Le reste de la réunion des partenaires généraux a été consacré à des présentations et des discussions sur ce travail en cours, qui débouchera sur un plan de travail et de réalisation. Après la première journée à Prague, une autre journée a été réservée aux réunions des groupes de travail qui ont discuté des progrès réalisés jusqu'à présent de manière plus approfondie et parfois en groupes plus restreints.

Optimisme

Dans l'ensemble, les réunions se sont terminées avec un sentiment général d'optimisme ; le lancement d'une EHRI permanente en janvier 2025 est un objectif réaliste et déjà quasiment tangible. La plupart des participants, après avoir traversé pendant deux ans tant de confinements, ont également apprécié l'aspect social des réunions et le traditionnel dîner du consortium.

(Des extraits de cet article sont tirés du site internet d'EHRI) - Photos de Vlasta Mádlová, Institut Masaryk et archives de l'Académie des sciences tchèque.