Home » News » Lancement d’EHRI-PP à Munich du 11 au 13 février 2020

Lancement d’EHRI-PP à Munich du 11 au 13 février 2020

Partenaires EHRI, Munich, 13.2.2020 ©EHRI

Du 11 au 13 février 2020, les partenaires du projet EHRI (European Holocaust Research Infrastructure) se sont réunis à l' Institut für Zeitgeschichte de Munich pour le lancement officiel de la ‘preparatory phase funding’.

Cette ‘preparatory phase funding’, qui a débuté en décembre 2019, peut être définie comme un financement de projet sur une durée de trois ans par la Commission européenne. L’objectif est de permettre la transition d'un projet, tel que défini durant dans les deux premières phases de l'existence d’EHRI, vers une infrastructure de recherche permanente. Cela signifie que la nature du financement est également différente: il ne s’agira plus d’un financement sous forme de projet, temporaire par définition, mais d’un financement permanent et durable.
La construction d'une infrastructure de recherche européenne est un travail de longue haleine qui nécessite une préparation minutieuse. Il s’agit de résoudre non seulement des questions juridiques, financières ou politiques mais également des questions liées à la stratégie de recherche. L'objectif du financement de la phase préparatoire est précisément de mettre cette préparation sur les rails.
Ce lancement a été l'occasion pour les différents partenaires - pour la Belgique, les Archives de l'État/CegeSoma et Kazerne Dossin - de faire connaissance au cours des réunions portant sur les différents groupes de travail, d’avoir un meilleur aperçu des tâches prioritaires et, surtout de mieux comprendre l’agencement entre ces différents groupes de travail.
Une table ronde avec des "experts expérimentés" sur le thème "comment mettre en place une infrastructure de recherche ?", animée par notre collègue Adina Babesh, a permis de rendre ce projet abstrait un peu plus concret.
Il est d’ores et déjà clair que la nouvelle phase dans laquelle EHRI s’est engagée, sera très différente d'un projet de recherche traditionnel avec un objectif scientifique de contenu. Il s'agit désormais de créer les conditions d'une recherche (transnationale) plus poussée, de faciliter la coopération internationale entre les chercheurs, de faciliter l’accès aux collections et à leur utilisation.